La TV s'est-elle éteinte ?

La TV s'est-elle éteinte ?

Publié le 2 novembre 2016

Une mauvaise stratégie pour un mauvais résultat.

Le media TV est responsable de sa propre perte ! Combien de chaînes TV aujourd’hui mettent en avant un #hashtag ou une page Facebook ? Quasiment toutes ! Elles essaient tant bien que mal d’aller chercher, sur les réseaux sociaux, un public qu’elles n’arrivent même plus à captiver quelques minutes. Et par le même moyen elles donnent à leur audience une bonne raison de ne plus être pleinement attentive.

Les pauvres fidèles téléspectateurs qui sont encore devant leur poste et qui veulent participer n’ont pour moyen que Twitter la plupart du temps. L’émission veut que ses bons soldats de téléspectateurs réagissent pour donner envie à d’autres internautes de regarder l’émission. Le but ? Générer plus l’audience pour exister.

Sauf que…

Les chaînes ont compris que c’est sur les smartphones que tout se passe mais sans comprendre que c’est là où elles devraient directement produire leurs contenus de masse pour avoir une vraie audience fidèle.

Aucun texte alternatif pour cette image

Les émissions auraient plus à gagner à produire de nombreux contenus sur les réseaux sociaux et de n’en garder que le nectar pour une diffusion TV (si leur souhait est de valoriser ce média), hors elles font l’inverse : donner des tas de contenus télévisés inutiles, peu engageants aux téléspectateurs contre permettre des réactions en ligne, la diffusions de “best of” des émissions sur les réseaux sociaux : c’est ici que l’audience est réellement active et que la valeur se crée, sur les réseaux sociaux. 

Qui parmi vous après avoir vu le meilleur passage d’une émission de 2h, après avoir consulté l’avis de spécialistes où de simples amis sur plusieurs réseaux (LinkedIn, Twitter, Facebook) [..] va aller gentiment allumer sa TV pour voir une émission en entier sachant qu’il ne se passera rien de plus ? De surcroît après le pic d’audience et le pic d’intérêt soient passés…

La bonne stratégie, le chemin inverse.

Ne seriez-vous pas meilleur public de la TV si vous aviez un condensé en décalé des meilleurs moments et des meilleures réactions ? Est-ce que la TV pour perdurer ne devrait pas accepter que le direct se déroule en ligne avec de vrais acteurs et que seuls des résumés de qualité soient disponibles pour l’audience passive, spectatrice afin de capter 100% de leur attention ? Les chaînes d’informations 24/24 tentent involontairement ce type de schéma en étant les rapporteurs d’informations twitter “vérifiées”, mais leur intérêt reste faible car elles n’apportent au final que peu de valeur ajoutée. Bien que se proclamant en direct, elles ne sont que l’écho en décalé de la vraie information. 

La TV en tant qu’objet peut survivre uniquement si elle remplace ses vieilles chaînes par des médias sociaux où des applications, une cure d’amaigrissement pour laisser place à l’essentiel s’impose…

Pour un enfant qui naîtrait aujourd’hui la TV c’est juste un grand écran sans aucune application, non ?

La TV qui serait intéressante pour les jeunes ? “Leur iPhone mais en grand”, qu’ils utiliseraient pour la consultation de vidéos longues (sport, films, spectacles, concerts), pour tout le reste leurs iPhones suffisent. Ils n’accepteraient même pas une Smart TV, qui ferait tout en moins bien qu’un smartphone. Ce serait d’ailleurs assez particulier un gros iPhone, non ? (Cf. ce mauvais montage).

Aucun texte alternatif pour cette image

Certains l’ont bien compris.

Ce qui existe déjà : envoyer l’écran d’un iPhone sur un écran ou retrouver ses applications sur le boitier Apple TV, avec tous ses comptes, préférences, habitudes, sa amis et sa propre audience. Certains attendent toujours une télévision Apple, mais à ce jour le boitier est la réponse en adéquation et suffisant à la réalité du marché. La plus grande force de la marque : TIME TO MARKET ! Jugée sur le plan technologique parfois trop en avance (suppression de la disquette, du lecteur de disque, de la carte sd, du port usb originel, de la prise jack) ou parfois trop en retard (capacité de stockage, de la batterie, manque de nouvelles fonctionnalités…), Apple est toujours à l’heure quand il s’agit de vendre : attaquer le marché au bon moment.

Apple aurait pu dire : “La fin de la TV classique n’est pas une évidence pour vous ? Ne vous inquiétez pas, on ne vous demande pas de jeter votre TV, on vous propose un boîtier qui s’adapte à votre matériel existant. Vous aurez accès à un avant goût de la TV de demain et, après avoir pris l’habitude de consommer du contenu différemment, si dans cinq ans vous souhaitez que l’on crée une sorte “d’iMac de la TV ” (ndlr : tout intégré, sans boitier ni des dizaines de câbles : un seul câble pour l’alimentation), nous répondrons à l’appel. Nous sommes certains que vous l’achèterez. L’USAGE AVANT LA TECHNOLOGIE.”

Pour d’autres le changement c’est… maintenant.

C’est depuis les réseaux sociaux que le contenu sera bientôt proposé et directement diffusé. Satisfaire le public là où il est plutôt que de le faire déplacer. Saviez-vous que Twitter s’y met réellement ?

Aucun texte alternatif pour cette image

Voici à quoi ça va ressembler sur une Apple TV :

Aucun texte alternatif pour cette image

Demain arrive vite.

Les humains qui conçoivent, animent et présentent les émissions TV ne vont pas disparaître mais, leurs formats, budgets et contenus ne seront plus les mêmes. Leurs contenus devront être plus nombreux et adaptés, ils exerceront leur travail avec des confrères issus de YouTube, Soundcloud, Twitch…

La diffusion ne passera plus par des chaînes anciennement hertziennes mais par les nouvelles chaînes de demain qui sont déjà installées sur votre smartphone ; Snapchat, Twitter, Instagram, Facebook et évidement tous les nouveaux entrants du futurs… Vous connaissez Live.ly (de Musica.ly) ? C’est peut-être déjà le futur Snapchat/Periscope.

Certaines chaînes TV perdureront pour une ou deux générations si elles font de la curation de contenus et apportent une certaine valeur, sans quoi sans audience pas d’argent, sans d’argent moins de contenus, sans contenu pas d’audience.

Le bon contenu pour la bonne audience = création de valeur maximale. Kepner allait même déjà plus loin dans les années 50, au moment où la radio allait laisser place à la TV… L’histoire se reproduit, vous ne trouvez pas ?

Aucun texte alternatif pour cette image

(crédit photo : Oliver Kurmis)

Au plaisir d’échanger.

Fabrice.